Skip Navigation

France - Français | Global Network


Main Content

     
  Production  
 

Brother travaille selon deux axes forts, afin de limiter l’impact environnemental de la phase de production : en limitant les consommations électriques des usines et en prévenant les risques de pollution.

 

 

 

Limiter la consommation d’énergie des usines :

 

Brother Industrie met en place de nombreuses actions pour réduire ses besoins en énergie. En voici quelques exemples parmi d’autres :

 

  • « Faire entrer la lumière » : Le nouveau site de Kariya (Japon) a été conçu pour n’émettre que très peu de CO2, grâce à un toit transparent pour maximiser l’utilisation de lumière naturelle, ainsi que des systèmes d’isolation et d’aération optimisés.

 

  • « Du soleil et de l’énergie » : Brother met aussi en place des panneaux solaires sur les toitures de ses usines, par exemple sur le site de Mizuho depuis 2002. Ces efforts permettent une réduction annuelle de 410 tonnes d’émissions de CO2 au niveau du groupe ?.

 

  • « Sensibiliser les collaborateurs » : Dans l’usine de Brother en Angleterre, 35 tonnes de CO2 ont été économisées grâce à un plan de sensibilisation des collaborateurs. De plus, cette usine fonctionne avec 82% d’énergies renouvelables.

 

 

 

Prévenir les risques de pollution :

 

  • « Réduire les substances chimiques » : Brother Industries Ltd. met l’accent sur l’évaluation régulière de ses installations et de ses processus et favorise la substitution des substances chimiques pouvant provoquer un risque de pollution. Ces objectifs doivent obligatoirement être atteints et suivis, afin de conserver les certifications ISO14001 obtenues par nos sites de fabrication.

 

  • « Limiter la pollution de l’air » : Nous avons réduit nos émissions de CO2 en remplaçant des chaudières fonctionnant à l’énergie fossile, par des chaudières utilisant du gaz de ville (le gaz émet 2 fois moins de CO2) ou de l’électricité. Des investissements ont également été effectués sur les sites de production pour réduire les Composés Organiques Volatiles (COV), par exemple avec le nouveau procédé de « couchage » utilisé dans l’usine de Kariya (Japon). Les gaz d’échappements y sont brulés pour réduire les émissions de COV et lutter contre les mauvaises odeurs.

 

  • « Prévenir les risques de pollution des eaux » : Brother a mis en place des systèmes de traitement des eaux usées sur de nombreux sites de fabrication, selon leurs besoins. Le site de Kariya au Japon, traite ainsi ses eaux usées tandis que notre site de Taiwan en Chine a choisi une technologie d’assainissement de la couche de surface des eaux usées. Toutes ces installations sont cohérentes avec notre système de management environnemental ISO14001. Un suivi et un contrôle régulier des risques liés aux boues d’épandage, susceptibles de polluer les sols, sont effectués pour garantir tout risque de pollution.

 

  • « Lutter contre la contamination des sols » : Dès 1997, Brother industries a lancé une enquête de contrôle de pollution des sols et des eaux souterraines, due aux composants chlorés et aux métaux lourds qui avaient pu être utilisés sur les sites et avoir fait l’objet de fuites. Nous avons pris des mesures de remises aux normes là où la pollution des sols était avérée. En 2009, Brother a également supprimé totalement les chaudières à fioul dans l’ensemble de ses filiales de vente et de ses centres de formation, réduisant ainsi à encore les risques de pollution des sols et des nappes phréatiques.

 

  • « Lutter contre les mauvaises odeurs et les nuisances sonores » : Brother Industries privilégie des sites de fabrication n’émettant ni bruit, ni vibration, ni mauvaises odeurs pouvant causer des désagréments aux populations alentours. Ceux des sites qui ne respectaient pas ces objectifs, ont relocalisés le plus loin possible des zones urbaines.
 

Copyright © 1998-2014, Brother France. Tous droits réservés. at your side = à vos côtés
*Catégorie Solution d’impression – Étude Inference Operations – Viséo Conseil réalisée de mai à juillet 2013
sur le principe du client mystère au moyen de 210 contacts répartis entre appels téléphoniques, e-mails et navigations Internet.