Ajouté au panier
  1. Home Brother
  2. Le Blog de Brother France
  3. At Your Side
  4. 2019
  5. Yoann Richomme, la vie à bord du voilier
La vie à bord du voilier de Yoann Richomme, vainqueur de la Route du Rhum 2018

Testé jusqu'à l'extrême : à bord du voilier de Yoann Richomme

Vainqueur de la Route du Rhum 2018 en catégorie Class40, Yoann Richomme nous explique le degré de préparation et d’organisation de la vie à bord de son voilier, le Lift 40, également connu sous le nom de Black mamba.

Après avoir remporté la Route du Rhum 2018 le 20 novembre 2018 et tenu tête à une tempête mémorable en début de course, le skipper Yoann Richomme nous explique les tenants de la vie à bord du voilier. En effet, pour optimiser ses performances, le navigateur doit pouvoir s’appuyer sur une organisation millimétrée, à bord mais aussi en amont d’une course comme la Route du Rhum. 
BSmart-Post32-visuel1
«  La navigation c'est 80 % de cerveau et 20 % de muscle » explique Yoann Richomme, vainqueur de la Route du Rhum 2018 en Class40.

Des compétences mises à rude épreuve

« Etre skipper nécessite des qualités sportives » explique-t-il. « Mais il faut aussi être un véritable technicien. La navigation, c’est 80 % de cerveau et 20 % de muscle. Cet équilibre est indispensable. Sur la catégorie des Class40, nous sommes en totale autonomie, avec un accès à internet qui nous permet de récupérer les fichiers météo, toutes les 6 h environ. A bord, un logiciel nous assiste pour la navigation : en intégrant ces données, ainsi que la vitesse du bateau et les conditions météorologiques, il nous propose une route. Cet appui logistique, croisé à l’expérience du skipper, permet de décider du cap. Cela me prend environ 45 min. Il y a un gros travail permanent d’analyse de performance de notre bateau mais aussi des concurrents. Les classements tombent toutes les 4h. On connait ainsi la position de chacun et cela fait partie de la stratégie à adopter. Faire avancer le bateau, gérer le temps de sommeil, la météo et l’envoi de vidéos… La vie à bord est assez rythmée ».
Yoann Richomme utilise une étiqueteuse professionnelle Brother à bord de son voilier.
« Tout doit être étiqueté, organisé ». Pour cela, Yoann Richomme s'appuie sur une étiqueteuse professionnelle Brother.
« On ne peut donc pas être à la barre du bateau 24h sur 24. Je m’appuie donc sur un pilotage automatique qui prend le relais à 90 % du temps. Dès la conception de mon LIFT 40 en décembre 2017, j’avais déjà préparé les modifications à apporter au bateau, que je souhaitais le plus compétitif possible. J’ai ainsi fait installer un petit siège de veille à l’abri de l’humidité et disposé face à mon écran de suivi. Pour la navigation il y a des poids à faire bouger d’avant en arrière et de bord à bord de la coque. Il faut donc des filets dans lesquels disposer ses affaires. Tous les sacs de change pour les vêtements, la nourriture, les instruments de réparation en cas d’avarie : cette préparation est très minutieuse et réalisée au moins un mois avant le départ. Entre les pochettes dédiées à mes vêtements, le matériel électronique, la nourriture, les soins et les outils de réparation : chaque élément doit être contenu dans un sac de taille adaptée, qui doit être rangé à un endroit précis. Tout est réfléchi et tout s’imbrique de façon ordonnée, un peu comme dans Tetris ! Par exemple, si une voile se déchire, je connais sa hauteur et le scotch nécessaire pour la préparer. Je sais exactement dans quel sac trouver les éléments de réparation. Tout est organisé et étiqueté pour perdre le moins de temps possible. C’est un exercice très cartésien, avec des checklists pour ne rien oublier et qui est lié à de nombreuses années d’expérience. »

Certains moments viennent briser la solitude 

« On vit des moments de nature très beaux. Ça parait incroyable mais les Açores se situent à mi-distance entre les Etats-Unis et la France. Et lorsque surgissent ces grandes îles, on est émerveillé comme un gamin. En mer on peut entendre par exemple les sons émis par les dauphins, des cachalots. Ces moments rares, on en vit un ou deux par traversée. La nuit dernière, j’ai reçu la visite d’un poisson volant, qui a atterri directement à l’intérieur du bateau. Seul en mer, on prend la pleine mesure de la taille de l’océan atlantique et de la planète. Sans oublier les couchers de soleil. Cela peut faire un peu cliché, mais ils sont fantastiques. Ces moments forts font de nous des privilégiés ».

Capables de résister aux conditions maritimes les plus extrêmes, les étiqueteuses Brother équipent le voilier de Yoann Richomme

Plus d'articles ... At Your Side

Vous aimerez aussi...

Haut de page