Ajouté au panier
  1. Home
  2. bSmart le Blog
  3. B comme Business
  4. 2019
  5. Bien-être au travail et productivité : les leçons de nos voisins européens
Les différentes pratiques de nos voisins européens en matière de travail

Bien-être au travail et productivité : les leçons de nos voisins européens

  • 8 min de lecture

Quelles sont les meilleures pratiques professionnelles à l’échelle européenne ?

En Europe, les méthodes de travail diffèrent selon les pays, de la semaine la plus courte chez les uns au droit à la déconnexion chez les autres. En prenant connaissance des habitudes et coutumes de chacun, nous pouvons améliorer nos processus, notre productivité, mais aussi notre bien-être au travail. bSmart vous propose d’examiner les meilleures pratiques de chaque pays en matière de rapport au travail.

France – Le droit à la déconnexion

En 2017, une nouvelle loi est entrée en application en France, donnant aux employés le « droit à la déconnexion » (1) : les entreprises dont l’effectif est de plus de 50 salariés doivent désormais établir des horaires pendant lesquels le personnel ne doit ni envoyer ni recevoir de courriel. Le but est d’établir un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée, afin de réduire l'épuisement professionnel - le fameux « burn out » - des employés.

Finlande – Du temps pour la famille

La Finlande met fortement l'accent sur l'égalité entre les sexes, en particulier sur le soutien aux mères qui travaillent. Lors d’un classement réalisé par The Economist, le pays s’est trouvé classé en 3ème position sur ce point.  

L'approche de la Finlande ne consiste pas à déterminer ce qui fonctionne le mieux pour les adultes, mais plutôt ce qui est bon pour les enfants, en favorisant leur droit de passer du temps auprès de leurs deux parents. Afin d’appuyer cette politique, le gouvernement accorde aux pères un congé de paternité de neuf semaines, au cours duquel ils reçoivent 70 % de leur salaire.

Les Pays-Bas – La semaine de travail la plus courte

Une étude de l'OCDE (2) a révélé que la semaine de travail des salariés néerlandais est la plus courte du monde (3). Avec une moyenne de 29 heures par semaine, la semaine de 4 jours est encouragée par la loi et profite à la plupart des employés. Ceux-ci ont ainsi le droit de bénéficier d’un temps partiel tout en conservant leur emploi, leur salaire horaire, leur couverture santé et leurs prestations au prorata.

Les Néerlandais attachent une grande importance à l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée, consacrant une journée par semaine à leur famille ou à des activités en dehors de leur travail. Ce luxe est mérité, puisque les Néerlandais sont reconnus pour leur taux de productivité très élevé au travail.  

Norvège – La conf’ call est reine

La Norvège met fortement l’accent sur la productivité et la communication au sein des environnements de travail. Aussi, les échanges via conférence téléphonique sont privilégiés au regard des réunions traditionnelles. De plus, les Norvégiens sont très fiers de leur ponctualité. Il vaut mieux ne pas être en retard si vous avez une conférence téléphonique programmée avec eux.

L’Espagne – Le travail des saisons

En matière de flexibilité horaire, l’Espagne opte pour une stratégie saisonnière plutôt que journalière. En raison de l’activité ralentie (et de la chaleur), les heures de travail ont tendance à raccourcir pendant la saison estivale. L'amplitude horaire est rétablie en travaillant un peu plus longtemps lorsque le climat redevient plus supportable, optimisant ainsi la productivité en « haute saison ».

Allemagne – Dès potron-minet

Il est courant pour les travailleurs allemands de démarrer très tôt leur journée de travail, en étant par exemple présents au bureau dès 6 heures du matin.

Cette habitude est liée aux horaires scolaires en Allemagne, l’enseignement démarrant à 7 h 30. En contrepartie, les employés quittent plus tôt leur lieu de travail, en particulier l’été, afin de profiter du beau temps. 

Brother, né au Japon, tourné vers le monde

Brother étant une société japonaise, les mœurs professionnelles des employés de Brother Japon peuvent également être une source d’enseignements.

En effet, avant chaque grande réunion, nos collègues japonais se préparent à l’occasion d’une session de répétition dite « Newmawashi ». Cette « pré-réunion » permet d’obtenir la validation du management en amont de la « vraie » réunion, pour que tout soit parfaitement en place le jour J.

Au Japon, la plupart des nouveaux employés rentrent chez Brother le 1er avril et la tradition veut que ceux qui ont démarré ensemble conservent un lien fort. Ce lien a pour nom « Douki », qui peut se traduire par « embauchés la même année ». Il n’est d’ailleurs pas rare qu’un couple « Douki » se forme… et se marie !  
Sources et notes  

(1) https://www.bbc.co.uk/news/world-europe-38479439
(2) OCDE : Organisation de coopération et de développement économique.
(3) https://www.techrepublic.com/article/infographic-this-country-has-the-worlds-shortest-work-week/

Plus d'articles ... B comme Business

Vous aimerez aussi...

Haut de page