Ajouté au panier
  1. Home Brother
  2. Blog de Brother France
  3. Numérisation
  4. 2022
  5. Comment les transporteurs peuvent-ils tirer parti de la 5G et de la télématique ?
Deux camions sont vus de haut en bas du ciel en naviguant sur une route de campagne dans cette scène de transport et de logistique. Les deux véhicules sont annotés avec des statistiques qui affichent leurs coordonnées, le code de fret, l'heure d'arrivée, les détails du conducteur, les informations logistiques, chargez les détails et plus encore.

Comment les transporteurs peuvent-ils tirer parti de la 5G et de la télématique ?

La télématique est une technologie complémentaire qui associe les télécommunications et l’informatique. Ses utilisations potentielles sont nombreuses. Et celles-ci ne se limitent pas au seul secteur du transport mais concernent aussi, par exemple, les systèmes techniques de télécommande ainsi que les réseaux d’approvisionnement, l’e-commerce et le travail à distance.

En termes de transport routier, des domaines aussi divers que la navigation GPS, les systèmes d’assistance à la conduite automatique et le suivi GPS des véhicules, chargements et remorques entrent tous dans le cadre de la télématique. Ces systèmes sont utilisés dans et sur les véhicules ainsi que dans les locaux des transporteurs pour des besoins de gestion de flotte. Un système télématique se compose d’au moins un capteur ou d’une unité de localisation, d’un moyen de transmettre les données collectées, plus un logiciel de traitement et d’affichage des informations obtenues.

Potentiel de la télématique

Les systèmes de télématique offrent aux sociétés de transport l’opportunité d’augmenter de façon importante l’efficacité et par conséquent de réduire le coût total de détention et d’exploitation d’une flotte de véhicules.

Cela est principalement lié au fait que la télématique de gestion de flotte entraîne une très grande simplification des tâches administratives impliquées. Le traitement automatique des données permettra à terme une gestion de flotte sans papier et la réduction correspondante des tâches quotidiennes chronophages. Le fondement juridique du connaissement électronique a été défini en 2008 par un protocole complémentaire à la Convention du Contrat de transport routier de marchandises (TRM) international. Entre temps, 29 pays comme le Luxembourg, les Pays-Bas, la France, l’Espagne, le Danemark, tous les États Baltes, la Roumanie et l’Iran ont signé le protocole. Il y aura donc assurément moins de travail administratif à faire dans la cabine du chauffeur à l’avenir.

Un autre avantage important de la télématique est que les systèmes permettent aux répartiteurs de gérer les flottes plus efficacement. Cela signifie des choix de trajet compatibles avec le GPS et la gestion des limites prescrites par la loi, comme les périodes de repos, ce qui évite les erreurs et les amendes. Grâce aux informations qui peuvent être glanées sur un véhicule en réseau, des conclusions peuvent être tirées au sujet du style de conduite, par exemple si le chauffeur tend à effectuer des manœuvres dangereuses ou si son style de conduite nuit à la consommation de carburant. Cela ouvre la possibilité d’améliorer la conduite en toute sécurité et de réduire la consommation de carburant.

Enfin et surtout, les codes d’erreurs du moteur peuvent être suivis à distance et des mesures pour réduire les coûts d’entretien peuvent être prises de façon active. De la même façon, en affichant des données comme les niveaux de liquide de refroidissement et d’huile, il est plus facile de garantir que les véhicules de la flotte sont toujours maintenus en état de rouler.

Attaquer de front un marché déroutant

Jusqu’à présent, le potentiel de la télématique n’a été exploité que par certains transporteurs. En réalité, la gestion de flotte est encore en partie assurée à l’aide de feuilles de calcul et de listes papier dans de nombreux cas car, quel que soit le domaine dans lequel la télématique est utilisée, choisir un système peut constituer un réel défi pour les sociétés. D’une part, le marché est déconcertant et, de l’autre, les prix peuvent être élevés. Les sociétés risquent de sélectionner un fournisseur qui exigera ensuite des ajustements individuels complexes ou chers, dont les conséquences pourraient se payer pendant les années à venir. Les transporteurs décident donc souvent d’investir dans de nouveaux véhicules plutôt que dans des systèmes télématiques.

Les sociétés doivent consacrer suffisamment de temps et de ressources humaines à ce type de système si elles décident d’en introduire un. Les portails du secteur et les magazines spécialisés peuvent aider les sociétés intéressées à prendre leurs marques. Plusieurs distinctions du secteur de la télématique peuvent aussi servir d’indications. Par exemple, ETM Verlag, un des principaux réseaux de médias allemands dans le secteur des véhicules commerciaux et de la logistique, organise les German Telematics Awards tous les deux ans dans différentes catégories. Une autre possibilité est que les sociétés de transport entrent directement en contact avec des universités ou des instituts techniques qui proposent des diplômes de télématique en leur proposant des stages en échange.

Une tablette affiche des informations et des options pour un camion dans cette scène de transport et de logistique. L'utilisateur est debout devant une flotte de véhicules.

Dans quelle mesure la 5G apporte-t-elle une valeur ajoutée aux sociétés de logistique ?

Dans un contexte d’introduction de la norme 5G qui est conçue pour aider à faire le saut vers une chaîne d’approvisionnement vraiment connectée, les camions intelligents sont de plus en plus d’actualité.

La 5G est une extension du réseau LTE. Son principal avantage est de permettre un transfert plus rapide de plus grandes quantités de données. D’où la possibilité de transmettre des rapports à la seconde près, en temps réel, plutôt que simplement sur demande. 

Du fait de la plus grande disponibilité des données et de la réduction des délais lors d’une demande de transmission de données, la qualité des prévisions et des estimations peut considérablement augmenter.

Du fait de leur nature, les systèmes de télématique sont optimisés pour transmettre une quantité de données limitée et n’ont pas vraiment besoin d’une bande passante 5G. Aucun changement majeur ne devrait être apporté aux domaines de la gestion de flotte ou du suivi des remorques par 5G. Cependant, il existe des perspectives passionnantes dans les domaines de la conduite coopérative, de l’automatisation et de l’Internet des objets (IdO). 

Internet des objets

Grâce aux appareils munis de l’IdO à bande étroite (NB-IoT) et aux réseaux de capteurs, les petits appareils qui nécessitent peu d’énergie peuvent maintenant recevoir des messages de statut ou de l’aide pour les lire. Grâce à la 5G, par exemple, les caractéristiques de suivi de palettes, comme la transmission des messages de statut concernant les vibrations, les fourchettes de température, etc., pourraient être mises à disposition de façon standard. En 2018, le Fraunhofer Institute for Material Flows and Logistics (IML) a lancé un traceur compatible 5G pour palettes intelligentes que la société a commencé à utiliser sur 500 palettes dans le cadre d’une étude pilote.

Un autre avantage de la 5G est que les rapports de statut peuvent désormais être demandés depuis des entrepôts qu’il était auparavant difficile de joindre par radio.

Dans un entretien avec le magazine spécialisé Verkehrsrundschau, Wolfgang Inninger, spécialiste chez Fraunhofer, nous donne un exemple futur concret de télématique utilisant la 5G. Il explique que la transmission des données en temps réel permet de rassembler un nombre toujours plus important de conteneurs logistiques sous forme de réseau et de faire en sorte qu’ils soient toujours en ligne avec des moyens financiers relativement faibles. Il est donc envisageable de constituer un réseau et de localiser chaque remorque, conteneur ou palette dans une flotte entière. Cet objectif, qui a échoué auparavant soit du fait d’échecs techniques, soit parce que cela n’était pas rentable économiquement, peut maintenant être atteint grâce au déploiement de la 5G. 

La gestion logistique sans contrôle est aussi désormais envisageable du fait de l’apparition d’une meilleure organisation des processus de transport. Par exemple, certaines tâches comme ouvrir le verrou d’un conteneur peuvent désormais être gérées en ligne, ce qui signifie que l’employé n’a plus besoin d’être sur site.

Conduite coopérative et gestion des parkings

Wolfgang Inniger voit un potentiel important dans le domaine de la conduite coopérative, alias la communication entre les véhicules. Si un véhicule détecte un obstacle devant lui sur la route, comme du verglas, un bouchon ou une forte pluie, les véhicules qui le suivent seront en mesure d’anticiper et de ralentir pour éviter ainsi des situations dangereuses et des manœuvres de freinage violent.

Au final, l’automatisation entraîne une plus grande sécurité sur les routes et une réduction de la charge pesant sur les chauffeurs.

La 5G ne permettra pas l’activation de tous les services 5G du jour au lendemain. Au début, l’accent sera mis sur le haut débit et, plus tard, sur les applications en temps réel. Celles-ci pourront initialement permettre à des véhicules sans chauffeur de se déplacer à faible vitesse. Dans un futur prévisible, l’automatisation devrait aussi s’étendre à la conduite, comme dans le cas de véhicules sans chauffeur fonctionnant en circuit fermé comme des usines, des terminaux ou des ports.

On peut aussi s’attendre à une amélioration en termes de gestion des parkings. Le manque de parkings peut aussi être géré de façon plus efficace grâce à une communication entre les véhicules et les places de parking. Grâce à la 5G, il est possible de transmettre des rapports de statut sur les niveaux d’occupation aux services autoroutiers et de prévoir les heures d’arrivée et de départ des camions sur les parkings afin que les chauffeurs puissent utiliser ces informations pour planifier leurs trajets.

Conclusion

Au cours des deux à trois années à venir, une proportion importante d’utilisateurs devrait commencer à utiliser la 5G. Les possibilités qui en résulteront en termes de constitution de réseaux pour la logistique renforceront la numérisation du transport routier et, par ricochet, l’importance des systèmes télématiques. Bientôt, il ne sera plus possible d’imaginer une numérisation du transport routier sans elle.

Plus d'articles ... Numérisation

Vous aimerez aussi...

Haut de page