1. Home
  2. bSmart le Blog
  3. B comme Business
  4. 2018
  5. Vers un environnement de travail futuriste
L'environnement de travail de demain

Vers un environnement de travail futuriste

  • 5 minutes de lecture

Nous sommes nombreux à nous demander ce que nous ferons dans dix ou vingt ans. Mais nous interrogeons-nous sur nos environnements et outils de travail dans un avenir proche ?

 
Pour répondre à cette question, bsmart s’est adressé à des experts et s’est intéressé aux dernières études relatives à l’avenir de l’aménagement et des technologies de bureau. Découvrez les tendances à venir.

1. Internet des objets

Les experts en technologies liées à l'environnement de travail sont quasi-unanimes sur l’augmentation probable du nombre d’objets connectés « intelligents » au bureau dans le futur. Ils prédisent l’utilisation de haut-parleurs, de microphones et de capteurs dans les endroits les plus inattendus.

Des technologies innovantes telles que des lampes contrôlées par la voix sont déjà sur le marché, intégrant des services d’assistance vocale comme Alexa, Google et Siri dans le matériel de bureau classique. Des tapis connectés sont également en cours de développement. L’utilisation de la reconnaissance faciale et de la biométrie pour assurer la sécurité au bureau ou encore, des toilettes intelligentes dotées d’outils de diagnostic médical, ont également été testées ou conceptualisées récemment.

Toutes ces technologies ne connaîtront pas une adoption généralisée, mais elles illustrent les façons insolites dont nos bureaux pourraient devenir de plus en plus connectés.

 

Les entreprises intègrent de plus en plus l’IoT aux espaces de travail. Avec la banalisation des objets connectés dans la vie de tous les jours, les employés s’attendent à disposer au travail du même confort que chez eux.

Ana Zuravliova, Architecte d’intérieur chez Wooden Blinds Direct

2. Des technologies anti-distraction et un aménagement favorisant la concentration

Paradoxalement, le recours croissant à l’Internet des objets pourrait constituer un facteur de déconcentration pour les employés. Peut-être verrons-nous apparaître d’autres technologies et concepts d’aménagement de bureau visant à réduire les distractions causées par les objets connectés.

Selon l’enquête Staples Workplace Survey 2017, 35 % des salariés ont du mal à se concentrer sur leur travail à cause de la façon dont leur bureau est aménagé et les employés d’entreprises telles que Facebook ont ouvertement exprimé leur mécontentement vis-à-vis des environnements en open space. La ‎Banque d’Angleterre a même demandé davantage d’études sur le lien entre distractions numériques et faible productivité.

Les logiciels anti-distraction, le télétravail et les technologies de réduction de bruit offrent une solution à ce problème, tout comme l’évolution de l’aménagement des bureaux et de la culture du travail. Certains promeuvent le single-tasking (tâche unique) à la place du multitasking (multitâche), tandis que d’autres prônent la fin des e-mails au bureau. D’autres entreprises proposent aussi des formations pour encourager leurs collaborateurs à réaliser une seule tâche à la fois et réduire leur stress. La plupart des sociétés pourraient aménager des « espaces de concentration » et des bureaux offrant davantage d’intimité à l’avenir, pour remplacer les longues rangées de postes de travail et les open spaces.

3. Des espaces de travail propices aux interactions humaines

Pour certains experts, le bureau de demain mettra l’accent sur les interactions humaines plutôt que sur la productivité individuelle. En effet, la plupart des tâches peuvent désormais être accomplies depuis n’importe quel lieu grâce à une connexion haut débit, et encore une fois, l’open space est souvent source de distractions et de "rencontres indésirées". L’aménagement de bureau idéal doit offrir aux employés la possibilité de partager leur temps entre des périodes de concentration et des échanges de qualité avec différents collègues.

Rory Sutherland, Président d’Ogilvy, estime que les bureaux n’ont désormais d’autre utilité que de servir de lieux d’interactions physiques, planifiées ou non, avec des personnes que l’on ne côtoie pas habituellement. Pour lui, ces lieux favorisent les échanges d’idées et la création de valeur pour l’entreprise. Cal Newport, auteur d’ouvrages professionnels, pense que la clé est de combiner des bureaux privés avec des espaces communs pour permettre aux utilisateurs de se concentrer et se rencontrer.

Jonathan Webb, Vice-président Stratégie de l’environnement de travail chez KI, cautionne la théorie de Newport. Il s’attend à ce que les entreprises s’inspirent des campus d’universités pour l’aménagement de leurs bureaux :

L’organisation universitaire attire les jeunes actifs, dont la plupart ont passé les quatre à six dernières années à apprendre, à évoluer et à travailler au sein d’un campus. Les environnements fréquentés à cette période étaient par exemple des espaces de travail collaboratifs, privés ou extérieurs, équipés de ressources technologiques de soutien. Une telle transformation de l’environnement professionnel permet de répondre aux besoins des jeunes employés, qui travaillent partout, à tout moment et avec la technologie à portée de main.


Les concepteurs de bureaux s’efforcent d’ores et déjà de rendre les environnements professionnels plus flexibles et de les optimiser pour favoriser les échanges spontanés. Comme Harvard Business Review le fait remarquer, des entreprises telles que Google, Telenor et Zappos ont aménagé des postes de travail partagés, ainsi que des bureaux et des installations mobiles et flexibles. Zappos va jusqu’à compter les « collisionable hours » – heures durant lesquelles les collaborateurs sont susceptibles de se croiser – pour promouvoir l’innovation via les rencontres fortuites.

4. Réalité augmentée et réalité virtuelle

Certains experts prédisent une collaboration et une cohabitation principalement numériques pour de nombreux employés à l’avenir, d’autant plus que la téléconférence en réalité virtuelle et réalité augmentée aide à résoudre les problèmes liés aux embouteillages et au coût croissant des locaux. « L’idée d’un bureau physique semblera étrange pour la nouvelle génération », affirme Riitta Raesmaa, Cofondatrice de ContractZen. « Les discussions autour de la machine à café seront remplacées par la réalité virtuelle. Le recours à des équipes spécifiques à chaque projet se substituera au travail à temps plein, qui deviendra de plus en plus rare. Les employés de bureau se verront donc confier divers types de missions par différents employeurs. »

 

5. Des environnements de travail conçus pour le bien-être des employés

L’obésité et les troubles mentaux sont les principales causes de maladie à l'heure actuelle et les concepteurs, les ingénieurs et les dirigeants d’entreprise s'y intéressent. Avec l’aménagement « actif » et « biophilique » (inspiré de la nature), les postes de travail debout et les bureaux agrémentés de végétation sont de plus en plus répandus. Par ailleurs,

« La génération Y a besoin de flexibilité, d’un environnement de travail sain, de transparence (avec davantage de baies vitrées pour faire entrer la lumière naturelle) et de mobilité », explique Jason Grohowski, Fondateur de DeskView, start-up spécialisée dans les bureaux debout. « Grâce aux avancées technologiques, nous ne sommes plus obligés de travailler au même endroit, sauf si la présence des membres de l’équipe est nécessaire. »

Selon Susan Kill, Vice-présidente Mobilier de Staples, un espace de bien-être efficace doit permettre aux employés de s’évader du stress quotidien du travail : « Qu’il s’agisse d’une salle d’allaitement, de méditation ou de sport, ces espaces reflètent la culture de l’entreprise et jouent un rôle de plus en plus important dans la course aux talents sur un marché du travail concurrentiel. » 

 

6. Écrans intelligents

Chaque année, des technologies d’affichage innovantes sont présentées au Consumer Electronics Show à Las Vegas, avec des résolutions toujours plus élevées, une interactivité sans cesse accrue et des matériaux de plus en plus fins et souples. À ce rythme, l’innovation devrait toucher les écrans que nous utiliserons au bureau dans le futur.

Le retour haptique, la transparence ou encore, la souplesse des matériaux ainsi que les écrans géants recouvrant des pans de mur entiers sont en cours de développement. Enfin, à l’ère de la reconnaissance vocale, les claviers et les souris pourraient être remplacés par des périphériques d’entrée à commande vocale ou d’autres dispositifs plus sophistiqués.

Nos prédictions concernant l'avenir de la technologie et du design au bureau s’achèvent ici, il ne reste plus qu'à être patient.

Plus d'articles ... B comme Business

Vous aimerez aussi ...

Haut de page